Onirik
Rencontre avec Thomas Pesquet à l’Etoile du Nord
Le 5 septembre 2017

Quel plaisir de rencontrer ce Français mondialement connu car il s’est envoyé en l’air durant 6 mois grâce à la Station spatiale internationale (ISS), en orbite autour de la Terre.

Le presque quadra possède un capital sympathie incroyable lié à son expérience dans les étoiles mais surtout car il est un très bon pédagogue et a su communiquer sur des sujets très "terre-à-terre" alors qu’il côtoyait l’infini ! Sa mission Proxima terminée, il mène actuellement de nombreux projets de front dont le numéro 55 du magazine Reporter sans frontières, dont nous avons assisté au lancement.

Pierre Haski, le président de l’association, a déclaré : "Alors que le journalisme et la liberté d’informer sont menacés partout - à la fois par des méthodes de répression et de contrôle classiques, mais aussi sous des formes plus insidieuses de contrôle, d’affaiblissement, de confusion - le rôle d’une organisation internationale comme RSF n’en est que plus indispensable, plus complexe aussi. La vente des albums 100 photos pour la liberté de la presse représente une part importante du financement de l’organisation, lui permettant de mener et d’intensifier ses combats pour la défense de la liberté d’information".

Le magazine relate donc l’aventure spatiale de l’intérieur, depuis les débuts de la préparation de la mission il y a sept ans à son retour sur Terre dans les steppes kazakhes le 2 juin dernier. Conçu depuis l’espace, terminé à son retour sur Terre, cet album de 144 pages présente des photos commentées par Thomas Pesquet à la manière d’un journal de bord, avec les contributions exceptionnelles de la spationaute Claudie Haigneré, de l’essayiste Michel Onfray, auteur de Cosmos, etc.

Nous avons la chance de le lire et c’est un régal pour les yeux et l’esprit. On y retrouve les magnifiques images de l’espace prises par Thomas, mise en contexte avec des réflexions sur la beauté de la planète bleue (qui luit d’un bleu phosphorescent impossible à décrire, nous a confié Thomas Pesquet) comme des pensées plus sérieuses.

S’il n’est pas journaliste, l’astronaute a voulu défendre la cause de la Terre. Admirer la planète de si haut a développé en lui une conscience environnementale. On ne voit plus le bout de son nez, mais on embrasse la vue à l’échelle du Globe. Le deuxième effet de l’espace est le besoin absolu de coopération. Rien ne peut se faire sans s’allier : Russes, Européens et Américains ensemble font tourner (si on peut dire) la station.

Nous étions accueillie par le chef Thierry Marx dans son dernier restaurant, l’Etoile du Nord, qui avait contribué à nourrir le Français dans l’espace, malheureusement il est arrivé après les échanges, sans qu’on puisse lui parler.

Thomas Pesquet est incroyablement clair, précis et chaleureux. Nul besoin de l’idolâtrer, il sait se mettre au niveau de chacun selon les questions posées sans jamais faire sentir le moindre jugement. À la fin des questions-réponses, il a pris de son temps précieux (il était attendu ailleurs) pour dédicacer le magazine (dont un sera à gagner sur notre page Facebook) et s’incliner devant la mode des selfies.

A gagner !

25 août : Gagnez 5x1 places pour Wind River


les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr