Onirik
Ce que le jour doit à la nuit - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le vendredi 13 juillet 2012.

Une superbe fresque sur l’Algérie coloniale, doublée d’une très belle, mais tragique, histoire d’amour...



Editeur : Pocket

roman de Yasmina Khadra

Présentation de l’éditeur

Mon oncle me disait ; « Si une femme t’aimait, et si tu avais la présence d’esprit de mesurer l’étendue de ce privilège, aucune divinité ne t’arriverait à la cheville.

Oran retenait son souffle en ce printemps 1962. La guerre engageait ses dernières folies. Je cherchais Emilie. J’avais peur pour elle. J’avais besoin d’ elle. Je l’aimais et je revenais le lui prouver.

Je me sentais en mesure de braver les ouragans, les tonnerres, l’ensemble des anathèmes et les misères du monde entier.

Yasmina Khadra nous offre ici un grand roman de l’Algérie coloniale (entre 1936 et 1962) une Algérie torrentielle, passionnée et douloureuse et éclaire d’un nouveau jour, dans une langue splendide et avec la générosité qu on lui connaît, la dislocation atroce de deux communautés amoureuses d’un même pays.

Avis de Claire

Pour la première fois, Yasmina Khadra aborde dans un livre le thème de la guerre de libération algérienne. En cette année de cinquantenaire de l’indépendance du pays, et juste avant la sortie du film d’Alexandre Acardy, prévue cet automne, Ce que le jour doit à la nuit apparaît comme une oeuvre majeure sur le sujet.

Le jeune Younes, beau garçon de neuf ans aux yeux bleus, doit aller vivre chez son oncle pharmacien à la ville, car son père, ruiné, a perdu les terres de ses ancêtres.

L’oncle est marié avec une française, bien intégré dans la société coloniale. Parmi eux, Younès devient Jonas et grandit dans l’insouciance d’une enfance choyée et privilégiée.

Quand son regard se pose un jour sur la belle Emilie, son destin est scellé, plus rien ne sera plus jamais comme avant, quoi qu’il arrive... Eclate alors la guerre d’Indépendance qui va réduire à néant ce bonheur déjà fragile.

Que faire quand l’Histoire prend le pas sur l’amitié ? Dans quel camp se positionner ? Et surtout comment se comporter quand l’ami d’hier est l’ennemi d’aujourd’hui ? La guerre en Algérie est fratricide, sanglante et douloureuse... La donne change, les valeurs n’inversent... mais les sentiments demeurent.

Magnifique roman d’amour, doublé d’une fresque historique passionnante, ce roman de Yasmina Khadra est un pur bonheur de lecture, récompensé par le Prix France télévision et élu meilleur livre par le magazine Lire en 2008.

Fiche technique

Format : poche
Pages : 437
Editeur : Pocket
Sortie : 3 septembre 2009
Prix : 7,60 €


A lire aussi sur Onirik

Arte - La route d’Istanbul
Le Baiser et la morsure - Avis +
Les Hirondelles de Kaboul - Avis +
Dieu n’habite pas La Havane
Dieu n’habite pas La Havane - Avis +
France 2 - Ce que le jour doit à la nuit
La Dernière nuit du Raïs - Avis +
La Dernière nuit du Raïs
Qu’attendent les singes - Avis +
Qu’attendent les singes
Les Anges meurent de nos blessures - Avis +
Les Anges meurent de nos blessures
L’Attentat
L’Attentat - Avis + et Avis +/-
Algérie - Avis +
Algérie
Ce que le jour doit à la nuit - Avis +
L’Equation africaine - Avis +
Rencontre avec Yasmina Khadra
Yasmina Khadra
L’Equation africaine
La Rose de Blida - Avis +
Oeuvres : tome 1 - Avis +
Yasmina Khadra en dédicace
Yasmina Khadra dans le Petit Robert !
Les Impressions algériennes de Yasmina Khadra
L'auteur Claire Saim
Son site : page facebook
Sa fiche
A gagner !

23 mars : Gagnez la fleur de la romcom française !


les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr