Onirik
Jim Morrison : Indoors/Outdoors - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le samedi 3 septembre 2016.

Un autostoppeur fauché par un excès de vie, voici comment l’existence de James Douglas Morrison pourrait être résumée. Entre poésie et musique, découvrez le mythe dans cette course effrénée vers son destin tragique.



Editeur : Maurice Nadeau

de Christine Spianti

Présentation de l’éditeur

Un autostoppeur, la tête pleine de ce blues âcre des routes du Sud, et de la philosophie de Nietzsche, écrit des poèmes sur le toit d’un garage à L.A. Un jour de 1965, à Venice Beach l’homme inquiet tombe sur un copain, Ray Manzareck, comme lui ex-étudiant en cinéma.

Ils décident de se retrouver pour jouer à Manhattan Beach. Le poète du garage écrirait les textes, il chante aussi. Plus tard, Manzarek lance un bon groove de Muddy Waters au clavier, et le batteur qu’ils ont invité, John Densmore, a suivi. On le gardera. Puis John est venu avec Robby Krieger, il manquait une guitare.

Comme le groupe est au complet, le poète du garage a proposé un pacte : tout ce qu’ils gagneront sera partagé en quatre. Un Festin d’Amis en somme. Après quelques salles minables, ils jouent sur le Sunset Trip et deviennent The Doors. L’autostoppeur/poète des garages en rock-star : Jim Morrison. 250 concerts en 4 ans. 6 albums. Un vent de panique.

Rester soi-même au milieu de la tempète : combat d’un pauvre poète. Alors parfois, Morrison s’en va dans le désert au volant de la Blue Lady, seul avec ses poèmes, sa tragédie intime. Sa sauvagerie.

Dedans / Dehors. Sur scène, il invente un poète-chaman inspiré du désert des Mojaves, guerrier d’une Célébration Poétique Rock. Mais, le 1er mars 69 à Miami, au Dinner Key Auditorium, sous 12 000 flashs, il se met à hurler Rock is dead, Rock is dead, en pleine guerre du Vietnam : s’en suivra une émeute. Enième émeute au concert des Doors. Seulement c’est celle de trop. Il sera arrêté, accusé. Fini le Festin d’Amis. Ne lui reste que la seule Poésie. Alors il s’en va comme Rimbaud. À Paris. Là il sera James Douglas Morrison, le poète. Sur sa tombe, au Père Lachaise, le 3 juillet 1971, Pamela, sa compagne lira des vers tirés de la Célébration du lézard.

Avis d’Ingrid

Chanteur culte des Doors, Jim Morisson est avant tout un poète, un amoureux des mots.

Le livre de Christine Spianti donne une image vivante tout en jeunesse et vitalité de cette icône. Installez-vous bien confortablement dans votre fauteuil pour (re)découvrir la vie trépidante, haletante de ce poète chanteur. Il est difficile de trouver, dans les premières pages, le rythme de lecture. Le système de narration et son morcellement plongent le lecteur dans un univers global.

Très rapidement, le pli est pris et c’est un bonheur. Morrison est un homme de son temps. Sa vie s’inscrit dans cette bouillonnante Amérique. Ce livre est tout autant pour les fans des Doors que pour les béotiens du sujet. On découvre quelques anecdotes et surtout Indoors/Outdoors est riche de multitudes d’informations, que ce soit sur le langage, sur le XXe siècle ou la poésie.

Le Dionysos du Rock s’est brûlé les ailes. La fuite en avant vers une existence romantique à la sauce XIXe siècle l’a malheureusement rattrapée.

Fiche technique

Format : broché
Pages : 221
Éditions : Martin Nadeau
Sortie : 13 juin 2016
Prix : 18 €

L'auteur Ingrid
Son site :
Sa fiche
A gagner !

25 octobre : Gagnez 3 x Sa majesté des chats avec KDP


Les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr