Onirik
King of Tokyo - Avis +
Onirik -> Culture -> Jeux de Salon/JDR -> Dernière mise à jour : le mercredi 21 septembre 2011.

S’il y a un élément de la culture japonaise bien connu sous nos latitudes, hormis les sushis et les mangas, c’est un gros lézard mutant cracheur de feu... j’ai nommé Godzilla !

Alors évidemment, les plus jeunes n’auront vu que la version US de 1998, mais Godzilla c’est une série de 28 films, dont une bonne partie oppose le gros lézard à des monstres plus ou moins bizarres, du dragon mécanique au gros singe... mais oui, King Kong !



Editeur : Iello

C’est dans cet univers que s’inscrit le jeu King of Tokyo, puisqu’il vous propose de jouer un gros monstre hostile qui n’a qu’une envie en tête, dépiauter Tokyo avant les autres monstres. Fin. Subtil.

de Richard Garfield

But du jeu

Le but du jeu est donc de ruiner Tokyo comme tout monstre qui se respecte. Chacun ses loisirs. Le but du jeu est de marquer vingt points, qui sont principalement alloués en restant à Tokyo. Mais ruiner Tokyo c’est dangereux, car les autres monstres en font le siège et sont bien décidés à vous en déloger pour piétiner la ville à votre place.

Mécanismes de jeu

À chaque tour, un joueur va lancer une brouette de dés spéciaux, avec des chiffres de 1 à 3 (qui servent à faire des figures et obtenir des points) et des symboles cabalistiques qui permettent de se soigner, d’accumuler de l’énergie (qui servira à acheter des cartes de bonus) ou des grosses baffes.

Car c’est bien le point central et jouissif de ce jeu, à savoir donner des grosses baffes à ses amis. En effet, le jeu commence en général avec un joueur situé à Tokyo et les autres autour. Les joueurs qui ne sont pas à Tokyo donnent autant de baffes que de symboles idoines à celui qui y est.

JPEG - 29.2 ko

Et les baffes sont autant de points de vie perdus pour ce dernier. Alors forcément, ça pique un peu et le roi de Tokyo devra tôt ou tard laisser sa place pour lécher ses plaies à un autre, qui deviendra le nouveau roi !

À part se prendre des baffes, quels avantages à être le roi de Tokyo ? Les points d’abord, car chaque tour passé à Tokyo donne deux points de victoire, ce qui est appréciable. Mais aussi, le roi de Tokyo inflige une baffe à chaque autre joueur à chaque symbole grosse baffe obtenue. Eh oui, ça a ses avantages aussi.

L’avis de Benj

Ceux qui ont joué au Yamms ou 421 verront immédiatement un lien de parenté avec King of Tokyo, qui est un jeu de lancé de dés avec une prise de risque (on a le droit à trois lancés et de mettre des dés de côté). Mais avec une dimension supplémentaire, car des cartes d’équipement peuvent être achetées pour améliorer son monstre et tenter de faire des combos qui tuent.

Car l’auteur du jeu n’est autre que Richard Garfield, l’auteur de Magic. Alors oui forcément, il y a des combos qui tuent. Mais là où le jeu est fort, c’est qu’il reste léger, aléatoire, court et avec un thème qui marche parfaitement. Il y aussi un côté prise de risques assez sympathique, sans compter les interactions entre joueurs sur fond de menaces et intimidations qui sont tout à fait dans l’ambiance.

Bref, un excellent jeu d’apéro accessible à tous, avec des vrais retournements de situation et des gens qui râlent parce qu’ils n’ont pas de chance, le tout juste avant de vous envoyer six baffes en vous hurlant « Tiens, prends ça sale monstre ! »

Si on ajoute un matériel vraiment très beau, tendance mignon kawai et beaucoup d’humour dans les cartes, on comprendra que j’aime beaucoup ce jeu, un des hits de 2011.

Fiche technique

King of Tokyo
Auteur Richard Garfield
Éditeur Iello
Année de sortie 2011
Âge À partir de 8 ans
Nombre de joueurs 2 à 6
Durée d’une partie 15-30mn
Prix 30 euros

L'auteur Benjamin Drieu
Son site :
Sa fiche
A gagner !

2 décembre : Gagnez 5 Catsass le chat


les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr