Onirik
L’équilibre de la terreur - Avis +
Onirik -> Cinéma -> Critiques -> Dernière mise à jour : le dimanche 30 juillet 2006.

L’équilibre de la terreur est une théorie datant de la Guerre Froide. Les deux blocs (Est et Ouest) se livraient alors à la course aux armements. La doctrine indique la capacité pour chaque bloc d’annihiler l’autre par une attaque nucléaire massive en cas d’agression.

Ce système ne débouche jamais à la paix.



film français de Jean-Martial Lefranc (2004)

L’Équilibre de la Terreur est la première réalisation de Jean-Martial Lefranc, pour lequel il est aussi scénariste et producteur.

« Je voulais réaliser un premier long-métrage qui démontre qu’il est possible de faire un film à la fois politique et divertissant comme les films de Costa-Gavras dans le contexte fondamentalement différent du cinéma français des années 2000, qui n’a plus rien à voir avec celui des années 70. » Jean-Martial Lefranc

Synopsis

Ce film raconte, selon le point de vue des terroristes, comment un réseau s’appuyant sur les ressources d’un État complice parvient à tromper la surveillance des services secrets occidentaux et à réaliser un attentat à l’arme nucléaire en Europe.

Avis de Cécilia

Sous un scénario à priori hermétique, L’Équilibre de la Terreur est absolument terrifiant. Il échafaude et montre par l’exemple une possibilité horrible : et si un attentat nucléaire avait lieu dans une capitale européenne. Avec réalisme, sans jugement de valeur, le long-métrage montre comment des terroristes arrivent à leur fin. Et, leur fanatisme - comme leur réussite - épouvante. Je n’arrive pas à décider ce qui m’a effrayée le plus : que des gens pas plus idiots que vous et moi soient embrigadés au point que la vie humaine - y compris la leur - devienne dérisoire. Ou qu’une bombe nucléaire puisse exploser en bas de chez moi.

Avis de Marielle

Le film commence par une succession de scènes dans des endroits géographiquement très éloignés : camp d’entraînement terroriste au Moyen-Orient où Gérard-Ahmed termine sa formation ; banlieue parisienne où des voitures flambent à l’occasion du nouvel an et où l’on voit Gérard-Ahmed de retour du camp et son frère Amar, un des émeutiers ; zone entre l’Afghanistan et le Pakistan où se déroule un trafic de drogue, filmé par un drone-espion, trafic dont le bénéfice est destiné au financement du gouvernement afghan ; bureau du NEST, agence fédérale américaine en charge du contrôle du nucléaire militaire, à Mourmansk, Russie, où la responsable du bureau, Nancy Blum, apprend que le logiciel utilisé par les USA pour nventorier les matériaux fissibles est défectueux ; banlieue de Boston, où Charlie Parks, ancien professeur du MIT, révèle qu’il détient de l’uranium, (JPEG) profitant de la défaillance du logiciel d’inventaire, et propose de le vendre à des terroristes, à condition qu’ils l’utilisent en dehors des USA ; base de Fort Bragg, Californie, où Mike (agent du service de choc de la CIA) et Zia (agent des services spéciaux pakistanais) finissent leur formation. Mike est nommé à Karachi comme agent de liaison entre la CIA et les Services Secrets Spéciaux Pakistanais.

Deux événements sont annoncés : coup d’Etat au Pakistan et attentat à la bombe nucléaire sur Paris. Le film montre ensuite plus particulièrement comment ce dernier événement va se mettre en place, et comment le camp occidental va tout faire pour essayer de récupérer les armes de destruction.

J’arrête là le récit pour ne pas en divulguer la suite mais il est nécessaire de connaître toutes ces précisions avant de voir le film qui va un peu dans tous les sens.

A part une scène dont le sens et l’apport à cette histoire m’ont échappé (plans de violence en Bosnie), et le ralentissement du rythme à certains moments, le film est globalement bien mené, malgré sa complexité. Le réalisateur, Jean-Martial Lefranc, dont c’est le premier long métrage, a choisi volontairement des acteurs inconnus du public afin de donner une impression plus grande de vérité à ce thriller, et dans ce sens il a réussi. Tout est plausible dans ce film et pour cette raison certaines scènes donnent vraiment froid dans le dos. Les acteurs sont bien dirigés, la caméra, utilisée d’une manière chaotique, participe à cette impression de réalisme.

Le réalisateur dit avoir la volonté d’être objectif, voulant effacer l’idée de l’existence d’un camp du bien et d’un camp du mal, de la gauche et de la droite. L’exercice est difficile. Il a eu du mal à trouver des financements pour ce film, mais cela ne l’a pas empêché de faire une belle œuvre de cinéma, intelligente, riche et intéressante.

Fiche Technique

Genre : drame

Avec Ashin Kumar Joshi, Alexandre Abou-Slaïby et Antoine Michel

Durée : 100 minutes

Date de sortie : 02 Août 2006

Budget : 1,02 million d’euros

À lire sur le net

Site d’information et d’analyse sur le terrorisme et les terroristes

Le terrorisme : sources, histoire, géographie, politique, relations internationales, économie, secteurs

Articles du Monde Diplomatique

Site officiel
L'auteur Marielle
Son site :
Sa fiche
L'auteur Cécilia
Son site :
Sa fiche
A gagner !

Décembre 2022 : Gagnez 1 ex de Un Noël royal


la gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr