Onirik
La confidente des morts - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le samedi 11 avril 2015.

Quel plaisir de plonger dans ce roman policier historique à l’époque médiévale parfait sur en tout point !



Editeur : 10/18

roman de Ariana Franklin

Présentation de l’éditeur

Cambridge, 1171.
Un enfant a été massacré dans des conditions atroces et d’autres sont rapidement portés disparus. Les juifs, désignés comme boucs émissaires par le clergé catholique, ont été forcés de se retirer dans le château seigneurial afin d’éviter un lynchage en règle par les habitants furieux. Henry, roi d’Angleterre, ne voit pas ces événements d’un très bon œil, d’autant plus que la communauté juive lui procure une grande partie de ses revenus...

Le véritable assassin doit être trouvé, et rapidement. Un enquêteur de renom, Simon de Naples, est dépêché depuis le continent et débarque en ville accompagné d’un Arabe et d’une jeune femme, Adélia Aguilar, diplômée de la Grande Ecole de médecine de Salerne. Sa spécialité est l’étude des cadavres, un savoir-faire qu’elle doit garder secret si elle veut éviter d’être accusée de sorcellerie.

L’enquête d’Adelia la plongera au cœur de Cambridge, son château et ses couvents, dans une ville médiévale grouillante de vie où, fatalement, elle attirera l’attention d’un meurtrier prêt à tuer à nouveau...

Avis de Valérie

Ariana Franklin est un nouvel auteur dans la très convoitée collection Grand détectives (par les lecteurs !) qui propose des enquêtes policières historiques. Plus originale que l’époque victorienne souvent choisie, le moyen-âge est un terrain fertile à toutes les particularités. Et si l’action se déroule en Angleterre, nos héros sont Siciliens (alors un royaume normand), d’origine aussi diverses que variées.

Ariana Franklin, est avant tout une historienne spécialisée dans cette époque et a commencé à écrire de la fiction sur le tard. Elle maîtrise donc parfaitement l’environnement, et elle précise en fin d’ouvrage les quelques petits aménagement faits, qui ne sont en fait que une ou deux transpositions pour rendre plus intéressante l’intrigue policière.

C’est donc avec confiance sur l’exactitude des faits et un délice extraordinaire que nous progressons dans les aventures de Adelia Aguilar, femme docteur, spécialisée en autopsie qui ne doit surtout pas se faire connaître ainsi de peur d’être condamnée pour sorcellerie. Accompagnée de Simon de Naples, un enquêteur hors pair nommé par le roi sicilien et Mansur un eunuque qui protège et suit partout Adelia.

Ils se rendent à Cambridge où des disparitions d’enfants ont mis la ville à feu et à sang, faisant porter toute la culpabilité aux Juifs de la ville, le mythe du meurtre rituel d’enfants chrétiens faisant une résurgence violente. Ils ont rejoint une caravane de religieux catholiques revenant d’un pèlerinage à Cantorbury, et où les talents d’Adelia,vont leur faire gagner leur premier protecteur, le prieur Geoffrey.

Tous les talents d’un historien n’en font pas pour autant un romancier. Raconter une histoire, ce n’est pas non plus n’avoir que de l’imagination, c’est un véritable métier et il se trouve que Ariana Franklin arrive parfaitement à nous rendre vivant l’histoire comme les personnages. Elle mêle intiment son contexte soigné à l’intrigue touffue et très bien montée et donne chair et sang aux nombreux personnages, à l’horreur des meurtres, à l’inhumanité de la manière dont on a traité les Juifs à cette époque, comme par la suite, ou toute personne différente.

Le style est abrupt, rendant la crudité de l’époque tangible. L’auteur comme le traducteur ont donné au texte l’exotisme qu’on attendait mais sans rendre incompréhensible le français. Certains mots sont oubliés de la plupart d’entre-nous, mais ils ne gênent en rien notre progression. La distinction des dialogues entre gens bien nés et ceux de basses extractions est également bien faite et ajoute encore aux qualités déjà trouvées à la trame.

Seul gros souci, nous nos attachons vite à Adelia et son équipe, ainsi que leurs nouveaux amis au fur et à mesure de leurs avancées. Chaque fois que nous plongeons dans notre lecture on a de plus en plus de mal à en sortir, et si nous allions aussi vite qu’on en aurait envie, que nous restera-t-il lors de la dernière page tournée ? Une vraie solitude !

Heureusement, c’est un premier tome qui sera suivi d’autres, et c’est surtout une très belle découverte !

Fiche Technique

Format : poche
Pages : 528
Editeur : 10/18
Collection : Grands détectives
Sortie : 19 mars 2015
Prix : 8,80 €


A lire aussi sur Onirik

Le secret des tombes - Avis +
La morte dans le labyrinthe - Avis +
La morte dans le labyrinthe
Le retour d’Adelia Aguilar chez 10/18
L'auteur Valérie Revelut
Son site : Onirik
Sa fiche
A gagner !

26 avril : Gagnez 3 Entre les flammes


du 26 avril au 3 mai 2017


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr