Onirik
La Poule aux oeufs d’or - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le mercredi 21 août 2019.

Pour ce 3e tome des enquêtes de Jeremy Nelson, le pianiste est mêlé bien malgré lui à une mystérieuse disparition, sur fond de tournage... La grande réussite de ce livre est la remarquable capacité d’évocation d’une ambiance, celle du Paris des années 20.



Editeur : 10/18

roman policier de Claude Izner

Présentation officielle

Paris 1923, les années folles. Engagé sur un tournage, le pianiste américain Jeremy Nelson découvre les coulisses du cinéma, sa faune truculente, ses techniciens, figurants et seconds couteaux.

Autour de Cora Lee, la vedette, et de son amant, un énigmatique magicien, gravitent une scénariste à l’imagination débridée, un garçon de café misanthrope, un assistant décorateur obsédé par un prochain conflit mondial et un étrange marionnettiste. Et quel est le rôle de cette fillette qui saute à la corde rue des Petits-carreaux ?

Entraîné à son corps défendant dans une succession de cambriolages, de disparitions et d’assassinats, Jeremy Nelson, secondé par son ami Sammy, va tout tenter pour contrer le maléfice qui s’abat sur les acteurs de cette distribution insolite.

Avis d’Artémis

Ce qui marque immédiatement dans les romans de Claude Izner [1], et qui est la grande réussite de ce tome, c’est la capacité à (re)créer une ambiance, une atmosphère. Le lecteur est ici plongé dans le Paris fourmillant des années folles. Pour arriver à rendre cela, le travail sur la langue est remarquable.

Ainsi, plus que l’intrigue policière, c’est le voyage dans le passé qui marque et la capacité d’évocation par les mots. Dès les premières pages, on est immédiatement plongé dans l’animation d’une rue par l’intermédiaire de la gamine d’un boucher, Ginette. On s’y croit complètement : voisins que l’on croise, bruits, échanges, on sentirait presque les odeurs ! La reconstitution des coulisses d’un film est tout aussi travaillée. La tension du tournage est palpable, tout comme celle qui existe entre les personnages qui nous sont présentés.

On retrouve donc pour la troisième fois le pianiste Jeremy Nelson qui continue de vivre de son art et d’enchaîner les petits boulots, et participe même au tournage d’un film. Autour de lui se tisse une intrigue à laquelle il est mêlé bien malgré lui. La scénariste du film et ancienne connaissance de Jeremy disparaît, son appartement est retrouvé sens dessus dessous : suicide ? enlèvement ? meurtre ? Sans compter que dans le milieu du spectacle, il est difficile de voir clairement la vérité de ces personnes qui maîtrisent l’art du jeu et du déguisement, tant physique que psychologique. Jeremy tente de démêler les fils du mystère...

Après un deuxième tome particulièrement exaltant et très personnel pour Jeremy Nelson (voir La Femme au serpent), on revient ici à une trame plus classique, mais au style toujours aussi excellent.

Fiche technique

Format : broché
Pages : 306
Editeur : 10/18
Collection : Grands Détectives
Date de sortie : 7 février 2019
Prix : 16,90 €

[1] Claude Izner est le pseudonyme de deux sœurs, Liliane Korb et Laurence Lefèvre.


A lire aussi sur Onirik

La femme au serpent - Avis +
Le pas du renard - Avis +
L'auteur Artémis
Son site : Curieuse Artemis
Sa fiche
A gagner !

9 décembre : Gagnez 5 Une gaffe par jour de Gaston


du 09 au 15 décembre 2019


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr