Onirik
Mutafukaz - Avis +
Onirik -> Cinéma -> Critiques -> Dernière mise à jour : le mardi 22 mai 2018.

Ce film est un petit ovni, bourré de références à la pop culture, vraiment original et qui mérite d’être vu !



film d’animation franco-japonais de Shoujirou Nishimi et Guillaume Renard (2017)

Film hors compétition de l’Étrange Festival.

Présentation officielle

À la suite d’un accident de scooter provoqué par la vision d’une mystérieuse inconnue, Angelino, un bon à rien comme il y en a des milliers à Dark Meat City, une sordide mégapole de la côte Ouest, commence à avoir de violentes migraines accompagnées d’étranges hallucinations. Avec son fidèle ami Vinz, il tente de découvrir ce qui lui arrive, alors que de menaçants hommes en noir semblent bien déterminés à lui mettre la main dessus...

Avis de Chris

Ce film d’animation franco-japonais est un petit ovni dans le monde cinématographique. Produit et réalisé par deux pays habitués de l’animation, Mutafuzaz est porté par des noms tels que Orelsan et Gringe (Casseurs Flowters). Ces derniers incarnent vocalement les héros : Lino et Vinz, deux jeunes vivant une aventure haute en couleurs. Il y a presque, sans le vouloir, un petit parallèle avec la série Bloqué [1] où l’on voit les deux héros ne voulant pas s’éloigner de leur zone de confort. Ici, dans Mutafuzak, Lino et Vinz vont malheureusement devoir sortir de cette zone de confort.

Vinz et Lino sont deux amis qui vivent en collocation à Dark Meat City, une ville pour le moins ravagée par la criminalité urbaine. Ils tentent de survivre avec le peu d’argent qu’ils réussissent à gagner. Il faut dire qu’ils sont tous les deux un peu spéciaux, et ne gardent un emploi que rarement plus de quelques mois. Un jour, après un accident de la route, Lino commence à avoir des migraines et de drôles de visions. Ses amis pensent que le choc de l’accident en est la raison. Mais tout s’accélère lorsqu’ils se rendent compte qu’ils sont suivis. Une aventure rocambolesque s’offre à ce petit duo qui a quand même une chance inouïe malgré ses malheurs.

Les graphismes reprennent très bien ceux de la BD originelle dessinée et scénarisée par Run et publiée chez Ankama Édition. L’ambiance des comics se ressent dès les premières secondes du film. Le chara-design [2] est d’ailleurs très original et cela donne du peps à ces petits jeunes pour qui la vie n’est pas un long fleuve tranquille. De plus, la nervosité des scènes est accompagnée par une bande originale puissante, dévoilant plusieurs genres allant du dubstep au reggeaton sans que cela ne choque. Au contraire, la grosse force du film est la musique qui accompagne parfaitement les séquences animées notamment durant les scènes d’action.

Ce film d’animation n’est pas du tout pour les enfants, et avec le ton sérieux qui en résulte malgré tout, il est même conseillé d’être âgé d’un certain âge pour aller le regarder. Mutafuzak est également bourré de références à la pop culture qui raviront les jeunes adultes. Entre certains jeux vidéo (GTA, pour n’en citer qu’un), on sent également une petite parodie des films de mafia et d’action.

De plus, il y a beaucoup d’humour ce qui permet de souffler un peu entre certaines scènes parfois rudes et violentes autant physiquement que psychologiquement. L’enchaînement des combats et courses poursuites suit un schéma un peu cartoonesque ce qui donne une signature propre à ce film et qui permet de ne pas tomber dans le trop violent.

Avec quelques longueurs, notamment un début un peu mou, mais qui permet aussi de distiller le suspense, le film réussit à garder un rythme soutenu dès que le mystère est dévoilé. La diversité, le rejet de l’autre, l’amitié et l’amour sont des thèmes particulièrement abordés avec parfois un peu trop de naïveté, mais le film reste globalement bon. Même s’il ne révolutionne pas le genre, il reste une très belle production, dont l’animation est pleine de qualités.

Entre humour et scène d’action, l’impression d’être devant un blockbuster animé est très originale. La BO, forte de ses multiples horizons, colle très bien aux scènes et à l’ambiance. De plus, avec des références à la pop culture moderne, grâce à beaucoup d’imagination, à une aventure rocambolesque et à une fin crédible dans cet univers, rappelant un peu le mythe des illuminati, Mutafukaz est un petit ovni qui mérite d’être vu.

Fiche technique

Sortie : 23 mai 2018
Durée : 90 minutes
Avec : Orelsan, Gringe, Redouanne Harjane, Féodor Atkine...
Genres : animation, fantastique, action
Distributeur : Tamasa Distribution

[1] Shortcom diffusé sur Canal+

[2] Celui qui anime, conçoit et dessine les personnages


A lire aussi sur Onirik

The art of Mutafukaz the movie - Avis +
Mutafukaz
The Art of Mutafukaz - The movie
L’Etrange Festival 2017 - films hors compétition
L'auteur Chris
Son site :
Sa fiche
A gagner !

9 octobre : Gagnez 2X2 Casse-Noisette sur glace


Jeu et événement annulé !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr