Onirik
Pays de neige - Avis +
Onirik -> Bande dessinée -> Manga - Manhwa - Manhua -> Dernière mise à jour : le samedi 1er avril 2017.

L’adaptation en manga du roman de Yasunari Kawabata



Editeur : Philippe Picquier

de Sakuko Utsugi

Présentation de l’éditeur

C’est l’histoire d’un amour fou au coeur des montagnes de l’hiver. Un triangle amoureux, une geisha impudique et retenue, une rencontre énigmatique dans la blancheur de la neige.

En devenant manga, l’esthétique de Kawabata passe l’épreuve du désir physique non plus suggéré mais épié, mais préserve son essence de pureté et de beauté.

Avis d’Emilie

Les éditions Philippe Picquier continuent d’adapter en manga les grands romans de la littérature japonaise. Après Je suis un chat, voici Pays de neige. On salue cette initiative qui permet de découvrir facilement les monuments littéraires du pays du Soleil levant, qui ne sont pas toujours très accessibles, faute de (bonne ?) traduction ou de critères d’appréciation trop différents.

Adapter Pays de neige, initialement écrit par Yasunari Kawabata, est un pari audacieux. En effet, le roman parle de la rencontre entre une apprentie geisha et un voyageur. Les deux se revoient après de longues années de séparation. Et les sentiments qu’ils pensaient enfouis pour toujours reviennent en force.

Le thème principal du roman est la notion, très japonaise, de l’amour courtois face à la relation physique. Bien sûr, le sujet est universel, mais le fait qu’il se déroule dans l’univers des geishas rend le discours très ethnocentré, pour notre plus grand plaisir.

Dans le roman d’origine, tout est suggéré, en non-dits, en allusions. Difficile de mettre en image des métaphores sans tomber dans les images un peu trop explicites. Sakuko Utsugi l’adapte toutefois avec brio, et nous offre des dessins très sensuels qui ne deviennent jamais vulgaires. L’esthétique du roman est parfaitement respectée.

Cette très belle histoire d’amour impossible est narrée avec pudeur, mais sans retenue. On n’a pas peur des mots et l’on parle sans détour de sexe. Notre apprentie geisha, Komako, est qualifiée d’impudique, mais le décalage des époques rend cela très mignon. Se toucher la main est considéré comme impudique, donc, il ne faut pas non plus s’attendre non plus à un hentaï (manga pornographique). Par ailleurs, elle n’a pas la langue dans sa poche et a une tendance réjouissante à dire ce qui lui passe par la tête.

Ce n’est pas une oeuvre destinée aux plus jeunes. Mieux vaut avoir une sensibilité et une maturité envers les choses de l’amour pour apprécier ce livre.

Les personnages sont tous très attachants, et tiraillés entre leurs sentiments et ce que la société attend d’eux. Aux deux protagonistes s’ajoutent quelques personnages secondaires très intéressants, surtout Yukio, qui souffre de tuberculose. On se demande peu à peu quelle est, ou était, la relation entre Yukio et notre jeune geisha et dans quelle mesure Shimamura, le voyageur, va accepter ce passé trouble alors qu’il est du genre exclusif.

Fiche Technique

Format : broché
Pages : 208
Éditeur : Philippe Picquier
Collection : Manga
Sortie : 2 février 2017
Prix : 14,50 €

A gagner !

20 mai : Gagnez 4 La Porte des abysses


du 20 au 28 mai 2017


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr