Onirik
Peaux de phoques - Avis +/-
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le dimanche 5 juillet 2020.

Peaux de Phoques est un récit singulier, contemplatif, voire mélancolique. Une vie s’écoule, au rythme des saisons, en particulier de la morsure de l’hiver, implacable



Editeur : Autrement

roman de Veqet

Présentation de l’éditeur

Peaux de phoque : c’est le surnom dont sont affublés les plus miséreux de la Tchoukotka, là où la température avoisine les -30 °C. Tynenne et sa famille sont de ceux qui ne possèdent rien de mieux pour réchauffer leurs corps transis. Les trois fils qu’elle élève dans cette vie rude deviendront-ils des guerriers respectés ?

Dans ce merveilleux récit initiatique, Valentina Veqet fait de son héroïne une admirable figure de résistance, prête à faire face aux territoires aussi hostiles que magnétiques du Grand Nord.

Avis de Claire

Le district autonome de Tchoukotka appartient à la Russie, mais est géré par un gouverneur, et possède -en plus du russe- sa propre langue officielle, le tchouktche. Le mot en lui même signifie "nomade éleveur de rennes". Coincé entre l’Océan arctique et le Pacifique nord, ce territoire sauvage bordé par la mer est rude, âpre, presque inaccessible.

Peaux de phoques est sans doute le seul texte de cette culture parvenu jusqu’à nous. Traduit par un spécialiste, Charles Weinstein, également auteur d’un dictionnaire, ce récit est réédité aux éditions Autrement. A la manière des contes, avec un rythme qui lui est propre, ce court roman de Veqet narre la vie des habitants de cet endroit hors du temps, à travers la vie monotone de Tynenne et ses trois fils, qu’elle a élevés à la dure. Son mari handicapé ne lui est pas d’une grande aide, mais ils ne peuvent que compter les uns sur les autres et chacun est indispensable.

Extrêmement pauvre, la famille livre un combat permanent contre le quotidien, contre le froid, contre la faim. Chaque action a du sens, chaque geste est mesuré, rien ne se perd, ni ne se gaspille. Et dans l’écriture de Veqet, c’est la même chose, l’économie des mots et d’explications, la monotonie de l’histoire sont autant de rouages qui nous empêchent d’accéder pleinement au roman, comme s’il nous manquait constamment un élément, qui se dérobe au fur et à mesure.

Reste que Peaux de phoques est un témoignage remarquable de cette culture tchouktche.

Fiche technique

Format : poche
Pages : 183
Editeur : Autrement
Collection : Grands romans
Sortie : 18 mars 2020
Prix : 8 €

L'auteur Claire Saim
Son site : page facebook
Sa fiche
A gagner !

Décembre 2019 : Gagnez 5 Une gaffe par jour de Gaston


Les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr