Onirik
Présence d’Eric Rohmer - Avis +
Onirik -> Cinéma -> Analyses -> Dernière mise à jour : le dimanche 11 mars 2012.

Une soirée passionnante consacrée à des films inédits d’Eric Rohmer, ses films pédagogiques des années 1960 qui sont aussi un terrain d’expérimentation pour son œuvre à venir



table ronde et conférence au Centre Pompidou

Présentation officielle

À l’occasion de la sortie du coffret DVD Le Laboratoire d’Eric Rohmer, un cinéaste à la Télévision scolaire, présentant un ensemble inédit de treize films pédagogiques, la Bpi s’associe au Centre national de documentation pédagogique (CNDP) pour vous faire découvrir en avant-première cette sélection exceptionnelle.

Projection d’extraits de films ponctuée d’interventions [1].

L’avis d’Artemis

Jeudi 16 février dernier, Onirik était pour vous au cinéma de la Bpi [2] Centre Pompidou à l’occasion de la soirée Présence d’Eric Rohmer. Et c’est dans une salle pleine qu’a eu lieu l’hommage à ce grand cinéaste, et à ses "petites choses" comme lui-même les surnommait.

En mot d’accueil, le directeur général de la Bpi, Patrick Bazin, a rappelé la légitimité de la présence de cette soirée au sein de la bibliothèque du Centre Pompidou, dont la mission est la transmission du savoir. Son intérêt pour le film documentaire est d’ailleurs au cœur de ses missions [3]. C’est dans cette lignée que s’inscrit Rohmer et ses films pédagogiques : un documentaire, ce n’est pas simplement une réalité mise en lumière, mais avant tout un regard, un rapport particulier au réel, une singularité dans le travail de l’auteur, qui aboutit à la grâce.

Quant à Jean-Marc Merriaux, directeur général du CNDP, il a rappelé l’importance de l’image dans la pédagogie et la transmission des connaissances. Il était donc naturel que le CNDP consacre ce temps à Eric Rohmer dont le cinéma éducatif des années 1960 s’inscrit dans un processus créatif.

Arielle Dombasle et le "maître"

JPEG - 28.6 ko
Arielle Dombasle
A la sortie de la projection

Hélène Waysbord [4], qui a mené le projet de ce DVD, a ensuite accueilli la comédienne Arielle Dombasle, qui a débuté au cinéma dans Perceval le Gallois (1978) et a travaillé avec Eric Rohmer sur d’autres films. Celle-ci nous a confié que c’était le cinéaste qui l’avait découverte et lui avait donné envie de faire ce métier. Elle le nomme son maître. Il était donc tout naturel qu’elle réponde avec enthousiasme à l’invitation du CNDP et de la Bpi pour cette soirée exceptionnelle qui lui était consacré.

Naissance d’un projet

JPEG - 20.1 ko
Arielle Dombasle et Hélène Waysbord

Le projet d’éditer les films pédagogiques de Rohmer est de longue date. En effet, dès 2002 à l’occasion des célébrations du bicentenaire de la naissance de Victor Hugo, Hélène Waysbord se penche sur les films pédagogiques que Rohmer lui a consacré (Hugo architecte, et Les Contemplations). Et dès 2004 s’affirme la volonté de rééditer les films de manière quasi complète. Il faudra attendre 2012 pour que le projet soit achevé.

Il nous permet ainsi de découvrir des œuvres inédites ou très peu connues. Pendant ces quelques années où il s’est consacré notamment aux films pédagogiques, il s’est attelé à des sujets aussi variés que la littérature, l’architecture, le cinéma, etc. tout en choisissant un genre particulier et différent pour traiter chacun d’entre eux : balade dans la nature pour Hugo, dimension comique chez Poe, théâtre, etc.

Ce qui est extraordinaire dans ces œuvres, c’est qu’à chaque fois, Rohmer trouve la forme la plus pertinente pour exprimer l’œuvre choisie au mieux. Mais ces petits films sont aussi un creuset de l’œuvre à venir. Dans l’entretien qu’il a accordé à Hélène Waysbord le 1er avril 2009 et que l’on peut visionner dans le DVD, il revient sur chacun d’entre eux.

Comment j’ai convaincu Eric Rohmer

PNG - 108.9 ko
Hélène Waysbord et Eric Rohmer
Extrait du DVD (entretien avril 2009)

Et cependant, ce film a bien failli ne pas voir le jour. Avec enthousiasme, Hélène Wayland nous a raconté toutes les étapes jusqu’à cette rencontre en avril 2009. C’est à la suite d’une lettre qu’elle lui a envoyé qu’Eric Rohmer l’a rappelée. Fin 2007, ils se sont donc rencontrés et ont discuté pendant 2 heures.

Avec malice, elle souligne qu’il était content d’avoir à faire à une ancienne prof de khâgne ! Lors de cet entretien, il évoque sa grand admiration pour Balzac. Mais pourquoi n’a-t-il pas fait de film sur Balzac, l’interroge-t-elle. Il y a tout dans Balzac, lui répond-il ! Il voue également une grande admiration à la comtesse de Ségur dont il loue l’art du dialogue. C’est notre Dostoïevski, dit-il à son sujet.

Mais d’emblée il refuse l’entretien filmé que lui propose Hélène Waysland, car il argue qu’il n’est jamais à l’image, et ne souhaite pas y être. Mais celle-ci ne se laisse pas décourager et lui pose un ultimatum : soit il accepte l’entretien filmé, car l’idée du projet est d’avoir le regard du cinéaste sur ses films pédagogiques, soit le projet de DVD sera abandonné. Il accepte.

Les méthodes improbables de Rohmer
Ces films sont des terrains d’expérimentations, faits avec les moyens du bord. Dans le cas du film sur les Contemplations de Hugo, Eric Rohmer confie dans l’entretien à Hélène Waysbord qu’il avait emprunté une caméra à un ami exilé de Cuba. Mais sa caméra était habituée à la chaleur. Au lieu de fonctionner les 15 secondes de prévues, dès 10 secondes, elle ralentissait ! Mais lorsqu’on visionne le film, on n’a pas l’impression que les plans sont si courts, constate le cinéaste.

JPEG - 8.5 ko
Histoires extraordinaires d’Edgar Poe
Extrait du DVD 3

Les spécialistes présents à la table ronde [5] ont aussi souligné le travail de calage du son avec l’image : Eric Rohmer, sachant qu’il y avait 24 images par seconde, écrivait ses textes et calculait précisément par rapport au temps pour qu’image et son correspondent parfaitement.

Si Eric Rohmer avait une volonté de donner une culture cinématographique, comme on le voit dans le film sur les Histoires extraordinaires de Poe, on y trouve aussi un canular ! Et oui, regardez attentivement l’image ci-contre. Il s’agit bien d’Eric Rohmer ! Celui-ci avait un goût marqué pour le masque et les fausses pistes. A la caméra, on trouve Jacques Rivette.

"Des petits films qui valent ce que vaut le reste" (Rohmer)

JPEG - 22.6 ko
Table ronde
De gauche à droite : Antoine de Baecque, Philippe Fauvel, Françoise Etchegaray, Noël Herpe

Ce laboratoire d’Eric Rohmer, constitué par ses films pédagogiques, n’est pas en marge de l’œuvre de l’artiste. Au contraire, il s’y inscrit pleinement. Il laisse une place significative au dialogue et à aucun moment n’illustre ses propos en plaquant des images explicatives ou en effectuant des reconstitutions.

Au contraire, il cherche le ton juste, comme cette sensation de nostalgie qui se dégage du film sur Hugo. Ce laboratoire est aussi un terrain d’expérimentation pour ses films futurs. Ainsi, entre 1963 et 1970, période où Rohmer a travaillé aux films pédagogiques, il réalise aussi ses contes moraux.

D’ailleurs, Rohmer le dit lui-même, ce sont des petits films, mais ils valent ce que vaut le reste, ce ne sont pas des œuvres mineures. Par l’intermédiaire de ce cinéma didactique, le réalisateur a la volonté de nous faire regarder ailleurs, de stimuler l’activité de l’esprit et le mettre en direct avec les choses.

Pour lui, nous arrivions à la fin de la culture occidentale des arts, et le cinéma était là pour les faire revivre. Ainsi, Rohmer était particulièrement intéressé par l’idée de consommation de l’art, et de la manière dont nous le consommons.

Et après ?

PNG - 100.5 ko
Eric Rohmer
Extrait du DVD (entretien avril 2009)

Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, les archives de Rohmer ne sont pas à la Cinémathèque. L’artiste a souhaité qu’à sa mort, celles-ci soient déposées à l’IMEC (Institut Mémoires de l’Ecriture Contemporaine). Encore une fois, il est là où on ne l’attend pas, et encore une fois, c’est son goût pour la littérature qui s’exprime dans cette volonté.

Là-bas, à l’IMEC, 150 cartons (soit environ l’équivalent en volume des archives de François Truffaut) commencent à être étudiées par Antoine de Baecque et Philippe Fauvel, qui espèrent en tirer une biographie.

Par ailleurs, si cette réédition est exceptionnelle, il faut remarquer qu’au total c’est 20 à 25 films pédagogiques que Rohmer a réalisés. Il en reste donc des inédits !

Cette soirée exceptionnelle a su non seulement intéresser son public sur le cas de ces fascinants petits films, mais aussi donner l’envie de plonger ou replonger dans l’œuvre d’un de nos grands cinéastes.

[1] Vous pouvez retrouver le programme complet sur la page de l’événement sur le site de la Bpi

[2] Bibliothèque Publique d’Information

[3] La Bpi Centre Pompidou organise d’ailleurs un festival international du film documentaire : "Cinéma du réel", qui se déroule en mars

[4] Chef de projet et directrice de collection pour le CNDP, inspectrice générale honoraire de l’Education nationale

[5] Françoise Etchegaray, productrice, réalisatrice et cinéaste, Antoine de Baecque, critique et historien du cinéma, Noël Herpe, écrivain et historien du cinéma, Philippe Fauvel, universitaire, éditeur, enseignant du cinéma, qui a rédigé le livret d’une centaine de pages du DVD

L'auteur Artémis
Son site : Curieuse Artemis
Sa fiche
A gagner !

15 mars : Gagnez 5 x Il court, il court le furet


les gagnants sont prévenus...


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr