Onirik
Soudain j’ai entendu la voix de l’eau - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le mardi 5 septembre 2017.

Une délicieuse madeleine de Proust japonaise !



Editeur : Philippe Picquier

roman de Kawakami Hiromi

Présentation de l’éditeur

Un frère et une soeur reviennent vivre dans la maison de leur enfance. Là où dort enfoui le temps du bonheur, des désirs les plus secrets et les plus interdits, prêts à se réveiller.

L’odeur du beurre fondu, les crissements d’un drap de lin, la ritournelle des cigales de montagne, le tic-tac lancinant d’une horloge dans une chambre toujours fermée à clé... Quelle est cette sensation qu’on ne peut oublier, et qui fait encore chavirer le cœur ?

Avis d’Emilie

Derrière cette superbe couverture se cache une perle de la littérature japonaise. Un frère et une soeur retournent vivre dans la maison de leur enfance. Sous la poussière et les portes closes, leurs souvenirs resurgissent et se confrontent à leur réalité d’adulte.

Plein de pudeur et de douceur, dans une infime poésie et une doucereuse nostalgie, on erre entre les pages et on s’identifie facilement aux deux protagonistes qui comparent ce dont ils se rappellent. Ils parleront beaucoup de leur mère, qui vient de mourir. Quelles étaient ses manies, ses tics, ce qui la rendait heureuse...

Ici, pas question d’une narration à l’occidentale avec début, climax et fin. Le passé et le présent se chevauchent, mais pas d’inquiétude, cela ne gêne absolument pas la lecture.

On sort de ce récit intimiste véritablement apaisé.

Fiche Technique

Format : broché
Pages : 212
Éditeur : Philippe Picquier
Collection : Grand format
Sortie : 6 octobre 2016
Prix : 20 €

A gagner !

11 novembre : Gagnez 5 x La Fille de Brooklyn


du 11 au 19 novembre 2017


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr