Onirik
5 idées reçues sur la romance
Onirik -> Nous contacter -> Editorial -> Dernière mise à jour : le dimanche 24 août 2008.

Après la lecture d’un article dans Le Parisien du 23 août 2008 consacré à la romance et aux trente ans de Harlequin, il semble bien que les clichés aient la vie dure.



par Callixta

Voici au moins cinq raisons de changer d’avis sur la littérature à l’eau de rose !

1) Les lecteurs de romance sont des lectrices
L’article cite le chiffre de 98% de femmes parmi le lectorat. Croyez-vous que pour un homme il soit facile de dire qu’il lit de la romance ? C’est déjà difficile pour une femme. N’y a t-il pas de la perversité pour un homme à se plonger dans cet univers tout rose ? Bref, si j’étais un homme, je ne répondrais peut-être pas franchement à cette question. Mais il y a eu quand même 2% de courageux qui ont reconnu ce vice ! Bravo !

2) On sait toujours comment va finir une romance alors à quoi bon en lire ?
Question qui me laisse perplexe. Effectivement, 99% des romances se terminent avec un couple uni et qui part vers des jours heureux. Mais quand vous ouvrez un roman policier, vous savez avec certitude que le coupable sera démasqué. Pourquoi lire un roman dont on sait globalement la fin ? Parce qu’on veut savoir comment il va se faire prendre et bien sûr son nom, même si on l’a deviné en cours de route d’ailleurs. Le suspense dans la romance pure n’existe pas sur la relation mais sur les péripéties qui y conduisent. C’est un plaisir de découverte comme une autre !

3) La romance ce n’est pas de la littérature.
En effet, ce n’est pas de la littérature avec un grand L. Mais est-il bien juste de comparer tout livre qui sort aux plus grands auteurs et de jeter tous ceux qui ne peuvent pas approcher l’excellence ? L’édition serait moribonde… De plus, la qualité littéraire est une notion relative avec le temps. Dumas, à son époque était un écrivaillon, un pisse-copie. Que dire d’Eugène Sue, Maurice Leblanc, auteurs de romans feuilletons à succès ? Aujourd’hui, personne n’oserait les traiter ainsi. Aujourd’hui ce genre de propos fait sourire mais du temps de Simenon, il n’était pas un grand écrivain.

4) La romance est réservée aux femmes frustrées, moches et seules.
Cliché sans doute le plus répandu et qui explique la grande réticence des femmes à l’avouer ! La réalité des faits est tout autre et sans doute surprenante mais parmi les lectrices, il y a des femmes heureuses, épanouies sentimentalement et sexuellement, qui s’assument. Sinon, les 3 millions de lectrices de romance détectées seraient trois millions de frustrées ; ça fait froid dans le dos !

5) La romance n’a jamais donnée de grandes œuvres.
Totalement faux. De très grands romans sont de formidables romances. Citons Autant en emporte le vent, Docteur Jivago, Orgueil et préjugés et tous les livres de Jane Austen… Je pourrais en citer beaucoup d’autres y compris des auteurs immenses comme Flaubert Stendhal…Evidemment, ce qui fait la différence est le talent de l’écrivain. En romance comme dans toutes formes d’art, il y a des personnes géniales qui écrivent le livre de la décennie ou du siècle. Il faut juste les chercher !

Pour lire cinq autres idées reçues merveilleusement démontées par Callixta, lire son article complet sur Blue-Moon.fr.


A lire aussi sur Onirik

Salammbô Fureur ! Passion ! Eléphants ! - Avis +
Exposition-événement : {Salammbô}
Madame Bovary - Avis +
Rencontre avec Jacques Weber pour la pièce Gustave
Gustave - Avis +
Les nuits romantiques de Nohant - Avis +
Arte - Un coeur simple
France 3 - Madame Bovary
Petite leçon d’astrologie avec Marilyn, Proust et les autres - Avis +
Madame Bovary
Gemma Bovery en tournage
We love Mouck !
Concours de nouvelles
L'auteur Callixta
Son site :
Sa fiche
A gagner !

18 mai : Gagnez La Fileuse d’argent


la gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr