Onirik
Collection Azur : décembre 2012
Onirik -> Littérature -> Romance -> Dernière mise à jour : le dimanche 6 janvier 2013.
Editeur : Harlequin

La révolte d’une héritière de Penny Jordan

Présentation de l’éditeur

En se rendant en Espagne, Fliss n’a qu’un espoir : en apprendre davantage sur son père qu’elle n’a jamais connu mais qui, avant de mourir, lui a légué une magnifique maison en Andalousie. Mais c’est compter sans la présence de Vidal y Salvadores, le neveu adoptif de son père, un homme qui l’a toujours détestée et méprisée, et qui jusqu’à présent a tout fait pour la tenir à l’écart de sa famille paternelle.

Si aujourd’hui Vidal est très clair sur ses intentions - il veut la forcer à lui vendre la maison dont elle vient d’hériter, et la renvoyer en Angleterre au plus vite - Fliss, elle, n’a aucune intention de lui céder. Tout en espérant secrètement qu’elle sera capable de lui cacher l’attirance toujours aussi intense qu’elle ressent pour lui.

L’avis de Evenusia : avis -

Fliss retrouve Vidal à l’occasion de la répartition de l’héritage de son père qu’elle n’a pas connu. Ils ne se sont pas vus depuis plusieurs années mais ils ont tous deux nourri des images faussées et malgré leur attirance, ils ne gardent que rancoeur et colère l’un envers l’autre.

Cette romance a bien du mal à éveiller notre intérêt. Le style de l’auteur manque de simplicité et l’histoire est longue à se mettre en place laissant le lecteur dans la confusion pendant les trois quarts du roman. Rien ne relève vraiment le niveau puisque l’intrigue elle-même est très classique et tombe dans les clichés les plus basiques de la romance.


Le retour de James Crawford de Catherine George

Présentation de l’éditeur

Heureuse d’avoir enfin convaincu son père de rétablir leur situation financière en louant River House, la demeure familiale, pour des événements mondains, Harriet se prépare, pleine d’espoir, à accueillir son premier client. Mais en se rendant compte que celui-ci n’est autre que James Crawford, qu’elle a autrefois follement aimé, Harriet, paniquée, a l’impression glaçante de voir surgir devant elle les moments les plus douloureux de son passé. Et quand James, avec son sourire toujours aussi irrésistible, lui explique qu’il veut organiser une réception pour célébrer le succès retentissant de sa société, elle se demande si sa bonne idée n’est pas en train de tourner au cauchemar…

Avis de Francesca : avis +

La fille issue d’une famille aisée est tombée amoureuse d’un garçon sans le sou, mais suite au refus de la famille et d’un malentendu, ils se sont séparés. 10 ans plus tard, ils se retrouvent alors que la situation s’inverse : le garçon est devenu un homme très riche et la famille de la fille est au bord de la ruine. Classique, mais toujours efficace, surtout si l’auteur sait tirer les bonnes ficelles, comme c’est le cas ici.

Fait assez rare pour être souligné, l’héroïne est assez flegmatique, elle est intelligente et pragmatique et ne geint pas ni ne perd pas son cerveau à la vue de l’être aimé ou devant des situations difficiles.

Cette histoire de vengeance est donc plus équilibrée qu’il n’y paraît et permet une histoire bien agréable.


Un trop troublant patron de Nicola Marsh

Présentation de l’éditeur

Folle de joie à l’idée que son rêve vient de se réaliser - être engagée pour organiser un circuit touristique en Alaska - Jade a l’impression qu’elle va enfin pouvoir laisser son douloureux passé derrière elle et commencer une nouvelle vie. Certes, l’entretien d’embauche qu’elle a passé avec Rhys Cartwright, son nouveau patron, n’a pas été de tout repos, et elle a ressenti un mélange déstabilisant de trouble et d’agacement en sa présence. Mais qu’importe : cet homme à l’incroyable regard bleu perçant restera à Vancouver pendant les six mois où elle-même sera en Alaska : autant dire à des années-lumière. Mais à peine arrivée à Skagway, elle a la stupeur de le voir surgir devant elle, plus séduisant que jamais…

Avis de Francesca : avis +

Ce roman est plein d’évasion, ce qui est assez rare pour un Azur. Bien sûr, le héros est un PDG riche et séduisant, mais il est issu des mêmes cercles fortunés que l’héroïne. L’originalité vient vraiment des décors de l’Alaska et le fait que les deux personnages mettent la main à la pâte dans ce voyage dépaysant et sublime.

L’intrigue amoureuse est plus classique quant à elle avec un jeu d’attirance et répulsion mais est plein de séduction et d’émotion car les personnages ont un passif plutôt douloureux.

On passe un très bon moment avec cette escapade froide et lointaine, idéale pour cet hiver !


Un brûlant malentendu de Annie West

Présentation de l’éditeur

Lorsqu’elle voit arriver Declan Carstairs, son nouveau patron, au domaine de Carinya, Chloé est aussitôt suffoquée par la présence virile de cet homme sombre et visiblement tourmenté. Convaincue que rien n’est possible entre eux — comment un homme comme lui pourrait s’intéresser à elle, une simple gouvernante ? — elle a pourtant bien du mal à lui dissimuler le désir intense et profond qu’il lui inspire. Avant de se rendre compte, au bout de quelques jours, que leur différence de milieu n’est rien face aux informations qu’elle détient, bien malgré elle, sur le frère récemment décédé de Declan. Des informations qui pourraient faire de ce dernier son ennemi…

Avis de Joëlle : avis +

L’histoire se déroule en Australie (le pays de l’auteur) dans le somptueux domaine de Carinya. Les personnages, Declan et Chloé, sont à l’image de ce pays : rude et fascinant.

Les blessures de leur passé sont encore douloureuses les rendant méfiants et taciturnes. L’un comme l’autre ont du mal à faire le deuil de la mort d’un proche. Alors quand l’amour survient, ils sont pris de court. Les quiproquos vont s’enchaîner et ils perdent totalement pied.

Une récit un peu sombre avec beaucoup de tension mais une belle histoire d’amour avec des personnages à fort tempérament. Un roman qui sort des sentiers battus et des clichés propre à la collection Azur.


Le Noël d’un milliardaire de Carole Mortimer

Présentation de l’éditeur

Un teint hâlé. Une musculature impressionnante. Des yeux bleus fascinants. Un charisme saisissant… Devant l’homme arrogant et sûr de lui qui se tient devant elle, Mac se sent aussitôt frissonner de désir.

Mais cette attirance se transforme très vite en colère lorsqu’elle comprend pourquoi Jonas Buchanan a voulu la rencontrer : il veut lui racheter la maison au bord de la Tamise qu’elle a héritée de son grand-père, et qu’elle a mis tant de soin à rénover.

Jamais elle n’acceptera que le richissime homme d’affaires transforme la vieille bâtisse pleine de charme en immeuble de luxe. Même pour tout l’or du monde, et même s’il sait se montrer très persuasif…

Avis de Evenusia : avis +/-

Deux héros que tout oppose et qui pourtant ne peuvent s’empêcher d’être attirés comme des aimants. Mac est artiste peintre et habite dans un charmante maison qu’elle a héritée de son grand-père et qu’elle a transformée en atelier.

Jonas est prêt à tout pour qu’elle vende cette maison et qu’il puisse ainsi procéder à la construction d’une de ses résidences pour londoniens fortunés dont il veut envahir le quartier. C’est sans compter sur le caractère bien trempé de la jolie Mac.

Dès leur première rencontre Mac et Jonas vont s’affronter et dès cet instant ils ne vont pas arrêter de se chamailler. Ces deux-là vont combattre leur attirance mais ce sera pour mieux succomber bien sûr.

On passe un bon moment de détente avec nos deux héros et une petite intrigue qui servira de fil conducteur à leur idylle. Carole Mortimer est à l’aise avec ce genre de romance mais si l’on apprécie les échanges musclés du couple, la deuxième partie de l’histoire prend une tournure plus classique perdant ainsi un peu de son intérêt.

On retombe dans l’éternel héros masculin qui a été élevé dans un contexte familial assez tendu et qui fuit toute liaison qui pourrait le conduire à un quelconque engagement affectif. Les amateurs du genre y verront une lecture plaisante mais pas inoubliable.


Un Noël dans ses bras de Sarah Morgan

Présentation de l’éditeur

Avec l’impression de faire un mauvais rêve, Evie, bouche bée, écoute Rio Zacarelli, le propriétaire de l’hôtel de luxe où elle travaille, lui faire part de son incroyable exigence : qu’elle se fasse passer pour sa fiancée. Visiblement, il espère ainsi faire croire à tous qu’il est prêt, pour elle, à renoncer à sa vie de play-boy !

Bien que révoltée par l’arrogance de l’homme d’affaires, Evie sait qu’elle n’a pas le choix : comment refuser, alors qu’elle a tant besoin de son emploi ? Dès lors, deux questions l’obsèdent : pourquoi Rio Zacarelli a-t-il besoin de se livrer à cette mise en scène, lui qui peut tout obtenir d’un simple claquement de doigts ? Et comment pourra-t-elle lui résister, s’il décide de rendre leur relation plus… convaincante encore ?

Avis de Joëlle : avis +/-

Evie est une fille ordinaire avec la tête bien sur les épaules mais sur laquelle en une journée s’abat les pires catastrophes. Rio est irritant voir imbuvable par moment et les secrets qu’il cache ne suffisent pas à l’excuser pour ses attitudes odieuses. Il a de la chance de rencontrer la jolie Evie qui va lui remettre un peu les pieds sur terre.

Encore et encore, l’éternelle héroine vierge... en 2012, le cliché semble usé mais il reste un roman agréable sans véritable intrigue mais avec la magie de Noël.


Le Secret d’Annabelle de Jennie Lucas
Saga Bad Blood : tome 7

Présentation de l’éditeur

ANNABELLE…
INSOUMISE. FIERE. FRAGILE.

Au cours d’un reportage photo sur les élevages de chevaux en Espagne, Annabelle fait la connaissance de Stefano Cortez, le propriétaire de la splendide hacienda de Santo Castillo. Entre eux, la rencontre est explosive. Et le désir immédiat. Au point qu’Annabelle, paniquée, se demande un instant s’il ne vaudrait pas mieux qu’elle quitte les lieux sur-le-champ. Avant de se ressaisir : d’abord pour son travail, qu’elle aime tant, ensuite parce qu’elle parvient à se persuader qu’elle saura résister à la redoutable séduction du bel Espagnol. Jamais elle ne le laissera s’approcher d’elle, ni découvrir le secret de son passé…

L’avis de Evenusia : avis +

Nous découvrons Annabelle, seule fille parmi les sept frères Wolfe. Elle a, tout comme eux, connu son lot d’horreurs par le passé et garde des séquelles physiques et psychologiques de la violence dans laquelle elle a été élevée par leur père. Mais depuis, elle a su se faire un nom et une réputation dans le milieu professionnel de la photo et la carapace dont elle s’est entourée pour se protéger lui vaut le surnom de "Dame de Glace".

Dès son arrivée à l’hacienda de Stefano Cortez pour son reportage photo, Annabelle sent que ses bonnes résolutions pour se tenir loin de celui-ci risquent de rapidement tomber à l’eau car elle perd tous ses moyens au contact de cet Espagnol à la réputation sulfureuse. Les barrières qu’elle a mis si longtemps à bâtir menacent de s’effondrer et Annabelle va tout faire pour repousser le jeune homme. Loin de se décourager, celui-ci va voir en Annabelle un défi à relever. Maintenant que sa curiosité a été attisé, il va se focaliser sur un seul but : faire fondre la dame de glace.

Un tome qui se lit tout aussi agréablement que les tomes précédents même si la trame est un peu plus classique. Annabelle est un personnage qui sait rester fort malgré son passé difficile et n’hésite pas à aller de l’avant. Sa rencontre avec Stefano va tout d’abord la déstabiliser mais elle va également s’en servir pour mieux se connaître elle-même et enfin faire la paix avec son passé. L’histoire est focalisée sur le couple et on n’apprend pas grand chose de plus sur la famille Wolfe qu’on ne sache déjà mais c’est efficace ! Le prochain tome sera le dernier de la Saga Bad Blood.

Fiche Technique

Format : poche
Pages : 160
Editeur : Harlequin
Collection : Azur
Sortie : 1er décembre 2012
Prix : 4 €


A lire aussi sur Onirik

Collection Azur : septembre 2016
Collection Azur : mars 2016
Collection Azur : juin 2016
Collection Azur : mai 2016
Collection Azur : février 2016
Collection Azur : décembre 2015
Collection Azur : novembre 2015
Collection Azur : août 2015
Collection Azur : juillet 2015
Collection Azur : juin 2015
Collection Azur : avril 2015
Collection Azur : mai 2015
Collection Azur : novembre 2014
Collection Azur : septembre 2014
Collection Azur : octobre 2014
Collection Azur : mai 2014
Collection Azur : août 2014
Collection Azur : juillet 2014
Collection Azur : avril 2014
Collection Azur : mars 2014
Collection Azur : octobre 2013
Collection Azur : janvier 2014
Collection Azur : décembre 2013
Collection Azur : août 2013
Collection Azur : novembre 2013
Collection Azur : septembre 2013
Collection Azur : juillet 2013
Collection Azur : juin 2013
Collection Azur : mai 2013
Collection Azur : avril 2013
Collection Azur : mars 2013
Collection Azur : mai 2013
Collection Azur : février 2013
Collection Azur : janvier 2013
Collection Azur : novembre 2012
Collection Azur : septembre 2012
Collection Azur : août 2012
Collection Azur : octobre 2012
Collection Azur : juin 2012
Collection Azur : mai 2012
Collection Azur : juillet 2012
Collection Azur : mars 2012
Collection Azur : février 2012
Collection Azur : janvier 2012
Collection Azur : décembre 2011
Collection Azur : décembre 2011
Collection Azur : octobre 2011
Collection Azur : septembre 2011
Collection Azur : novembre 2011
Collection Azur : août 2011
Collection Azur : juin 2011
Collection Azur : mai 2011
Collection Azur : février 2011
Collection Azur : mars 2011
Collection Azur : octobre 2010
Collection Azur : novembre 2010
Collection Azur : janvier 2011
Collection Azur : août 2010
Collection Azur : mai 2010
Collection Azur : septembre 2010
Collection Azur : juin 2010
Collection Azur : juillet 2010
Collection Azur : avril 2010
Collection Azur : mars 2010
Collection Azur : février 2010
Collection Azur : janvier 2010
Collection Azur : décembre 2009
Collection Azur : novembre 2009
Collection Azur : octobre 2009
Collection Azur : septembre 2009
Collection Azur : juillet 2009
Collection Azur : juin 2009
Collection Azur : mai 2009
Collection Azur : avril 2009
Collection Azur : février 2009
Collection Azur : mars 2009
Collection Azur : janvier 2009
Collection Azur : décembre 2008
Collection Azur : novembre 2008
Collection Azur : octobre 2008
Collection Azur : août 2008
Collection Azur : juin 2008
Collection Azur : juillet 2008
Collection Azur : mai 2008
Noël enchanté - Avis +
Retour à Castonbury Park - Avis +
Hors Série : novembre 2011
La lady et le libertin - Avis -
Regency Christmas Proposals - Avis +
Irrésistibles playboys - Avis +
Christmas with the boss - Avis +
Castonbury Park Saga
Historiques de février 2011
Révolution historique pour Harlequin
L'auteur Francesca
Son site : Le monde de Francesca
Sa fiche
L'auteur RomanceH Joelle
Son site :
Sa fiche
L'auteur Evenusia
Son site : Les chroniques d’Evenusia
Sa fiche
A gagner !

18 mai : Gagnez La Fileuse d’argent


la gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr