Onirik
Le monde enchanté de Jacques Demy - Avis +
Onirik -> Culture -> Exposition, musée, Salon -> Dernière mise à jour : le mardi 9 avril 2013.

La Cinémathèque française fête le réalisateur de "Peau d’Ane", à partir de mercredi 10 avril, à travers une somptueuse exposition, une rétrospective majeure, ainsi que des ateliers et des rencontres. Immanquable !



Lieu : Paris

du 10 avril au 4 août 2013

Présentation officielle

Conçue par La Cinémathèque française et présentée au printemps 2013, l’exposition Jacques Demy fait rimer ses extraits de films avec des photographies, peintures, dessins ou sculptures créés par l’artiste lui-même et par des artistes dont le réalisateur a revendiqué l’influence.

L’exposition fait rimer ses extraits de films avec des photographies, peintures, dessins, ou sculptures créés par les artistes dont Demy a revendiqué l’influence (Jean Cocteau, David Hockney, Alexander Calder, Raoul Dufy, Niki de Saint-Phalle).

A la fois spectaculaire et intime, l’exposition nous plongera dans un univers coloré et musical !

Avis de Claire

Un cinéaste à multiples facettes

Jacques Demy, c’est la magie du cinéma, c’est notre enfance, c’est la joie de vivre, les couleurs, les chansons, mais c’est aussi le petit Jacquot de Nantes, si sensible au monde qui l’entoure, et à ses injustices.

A l’image de son oeuvre cinématographique, l’exposition est foisonnante, passionnante, témoin d’une vie multiple, de sources d’inspiration fortes, nombreuses, assumées.

Le commissaire, Mathieu Dorléan, qui officie avec bonheur depuis dix ans déjà la Cinémathèque Française, s’est plongé au coeur des archives de l’entreprise familiale des ayants-droits de Jacques Demy, Ciné-Tamaris, exhumant ça et là des petits bijoux ou des souvenirs oubliés.

L’exposition propose une promenade chronologique visuelle et auditive (les chansons tournent en boucle) dans l’univers et la vie du réalisateur. De son enfance modeste à Nantes, il garde un farouche attachement aux petites gens, conscient des injustices sociales, les dénonçant, même si ce lien n’est pas forcément évident à déceler de prime abord.

Comme l’a souligné son alter-ego, sa complice de toujours, Agnès Varda, il y a toujours plusieurs lectures possibles de ses films, plusieurs interprétations, qui loin d’être contradictoires, sont plutôt complémentaires.

A propos des Parapluies de Cherbourg [1], qui fait pudiquement écho au drame de la Guerre d’Algérie, Jacques Demy écrira : "Les Parapluies, c’est un film contre la guerre, contre l’absence, contre tout ce qu’on déteste et qui brise un bonheur". On ne saurait mieux dire.

De sa vie, il crée un rêve

Jacques Demy, c’est avant tout la passion de l’art, sous toutes ses formes, créateur affamé, il n’aura de cesse d’explorer avec acharnement tout ce qui s’offre à lui comme moyen de création.

L’image bien sûr, qu’elle soit filmée ou photographiée, mais aussi la chanson, sa complicité avec Michel Legrand est légendaire, mais également la peinture, dont on découvre avec émotion quelques toiles à la fin de l’exposition.

Réalisateur jusqu’au-boutiste, il choisit de vivre la fin des années 60 aux Etats-Unis et de s’imprégner d’Hollywood. Naît de cette expérience un peu décevante, Model shop, la suite de Lola, son premier film, et une amitié avec un Harrison Ford encore débutant, qui restera un de ses fidèles.

L’une des salles des plus fascinantes est celle consacrée à Peau d’Ane, oeuvre-phare de Jacques Demy, dans lequel il sublime une Catherine Deneuve au paroxysme de sa beauté. Entre conte de fée et fable cruelle, le film est resté intemporel. Des robes de princesse, spécialement reconstituées par les Ateliers parisiens MBV, sont l’un des clous de cette exposition.

Pari réussi, c’est un véritable enchantement ! Ne pas hésiter à y aller en famille, tout est prévu pour les enfants, la Fée des Lilas leur explique tout (sous forme de bulles explicatives), ateliers et visites thématiques sont également prévues, consultez à ce sujet le site de la Cinémathèque Française.

N’oubliez pas le petit tour à la boutique, le catalogue de l’exposition est un magnifique objet, mille et un goodies vous y attendent, dont de sublimes parapluies !

Crédit photo : Claire Saim pour ©Onirik.net

Informations pratiques

Cinémathèque française - 51 rue de Bercy - 75012 Paris
Horaires : lundi et du mercredi au samedi de 12h à 19h
Nocturne : jeudi jusqu’à 22h et le dimanche de 10h à 20h
Fermeture : mardi
Tarifs : de 5,50 à 11 €

[1] Palme d’Or à Cannes en 1964


A lire aussi sur Onirik

OCS Géants - Peau d’âne
Arte - Peau d’Ane
Michel Legrand and friends
VOD : Peau d’âme - Avis +
TV5 - Jacquot de Nantes
TV5 - La Baie des anges
Arte - Les Demoiselles de Rochefort
TV5 - Une chambre en ville
Peau d’âne féerie musicale - Avis +
Peau d’âne - Avis +
Peau d’âne
Gulli - Les Parapluies de Cherbourg
France 3 - Les Parapluies de Cherbourg
Ciné+Classic - La Baie des anges
Il était une fois Peau d’Ane - Avis +
La Baie des anges - Avis +
Les Parapluies de Cherbourg
Les Parapluies de Cherbourg - Avis +
Gulli - Peau d’âne
Arte - Lola
Jacques Demy : l’intégrale - Avis +
Intégrale Michel Legrand/Jacques Demy - Avis +
Le monde enchanté de Jacques Demy
Idée Cadeau Hiver 2020 - 16
Les Parapluies de Cherbourg à Châtelet !
Derniers jours pour Demy !
Soirée en-chantée avec Jacques Demy !
Michel Legrand en dédicace
La caméra d’Or d’Agnès Varda
Un après-midi avec Jacques Demy !
Cherbourg fête les Parapluies !
Nous sommes deux soeurs jumelles...
Agnès Varda à La Cinémathèque française
Le Cake d’amour de Dalloyau
L'auteur Claire Saim
Son site : page facebook
Sa fiche
A gagner !

18 mai : Gagnez La Fileuse d’argent


la gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr